MODÈLE ÉCONOMIQUE

Le modèle ASSURMEYER repose sur DEUX PILIERS interdépendants qui se renforcent mutuellement grâce à une stratégie de rupture alliant pragmatisme & agilité dans le secteur dentaire et celui de l'assurance.


PILIER 1 : PRÉVENTION DENTAIRE

En tant qu'acteur sur le marché de la prévention dentaire primaire : 1

- ASSURMEYER propose des solutions préventives sous marques propres par le biais du (nouveau) métier de Conseiller(ère) en santé orale
2 travaillant en agence ou à distance.


PILIER 2 : ASSURANCES

En tant qu'acteur sur le marché du courtage en assurances :

- ASSURMEYER propose des solutions d'assurance sous marques partenaires ou marques propres par le biais du métier de Conseiller(ère) en assurances travaillant en agence ou à distance.

Comment obtient-on des meilleurs prix par rapport à ceux de nos concurrents toutes choses égales par ailleurs ?

Tout simplement en répercutant sur eux une partie des économies réalisées par nos partenaires assureurs grâce aux investissements réalisés par ASSUR
MEYER en prévention, sachant que 1€ investi dans des solutions pertinentes de prévention dentaire primaire peut générer jusqu'à 57,50€ d'économies en soins dentaires 3, sans parler des économies réalisées au passage en réduisant la chronicité et les coûts liés aux nombreuses maladies non transmissibles (MNT) associées.

Par ailleurs, afin de garantir à nos assurés l'engagement de nos partenaires assureurs au sujet des meilleurs prix, tout en garantissant à nos partenaires assureurs l'engagement de nos assurés au sujet de la prévention, car ces deux engagements sont mutuellement liés, a été inventée la
PRIMEPREVENTION.

1. Dans la chaîne de valeur du secteur dentaire, le marché de la prévention primaire est situé avant celui des soins dentaires conservateurs (prévention secondaire) et le marché des soins dentaires prothétiques (prévention tertiaire), comme le montre le schéma de la Cour des comptes concernant " les trois catégories de prévention et leur articulation avec le parcours de soin ". À noter que les termes " promotion de la santé orale " et " prévention dentaire " sont parfois utilisés de manière interchangeable, à l'image de " mutuelle " et " complémentaire santé ". Cependant, il est important de rappeler les différentes nuances qui se cachent derrière le terme générique " prévention dentaire " afin de ne pas confondre : - les INVESTISSEMENTS préventifs relevant du niveau primaire qui sont du domaine de la promotion de la santé orale (éducation, information, coaching etc.) - des DÉPENSES préventives relevant des niveaux secondaire et tertiaire qui sont du domaine des soins dentaires. En effet, la prévention dentaire se décompose en trois niveaux : La prévention primaire vise à éviter les maladies bucco-dentaires avant qu'elles ne se produisent. Ce niveau, le plus précoce possible en termes de solutions, consiste à agir avant qu'il ne soit nécessaire de recourir à des soins dentaires aux niveaux suivants. L'objectif étant d'éduquer et de promouvoir auprès de diverses populations les Mesures universelles de prévention dentaire primaire qui permettent d'éviter l’apparition en bouche de caries ou de maladies parodontales. La prévention secondaire vise à dépister et soigner une maladie bucco-dentaire aux stades les plus précoces pour arrêter sa progression et ses effets à long terme. La prévention tertiaire vise à réduire les complications et à restaurer une dent après qu'une maladie bucco-dentaire dépistée tardivement  se soit aggravée.
2.
Dans sa contribution de novembre 2023, France Assos Santé partage des pistes de solutions pour améliorer la prise en charge de la santé bucco-dentaire en France. Parmi celles liées à la prévention, on trouve les propositions suivantes : " Développer l'éducation à la santé tout au long de la vie en commençant par les futurs parents " et " Envisager des nouveaux métiers afin de porter la prévention dans des actions d'aller vers les populations les plus éloignées de la santé ". À propos de France Assos Santé.
3. Source :
La prévention des maladies parodontales pourrait faire économiser des milliards d'euros (cf. livre blanc effectué en 2021 par ECONOMIST INTELLIGENCE pour la Fédération européenne de parodontologie EFP). À noter que les coûts directs de traitement des caries dentaires entre 12 et 65 ans sont estimés en moyenne à 19000$ par personne en France, soit une moyenne annuelle de 345$ par assuré français, un chiffre qui peut monter " jusqu'à 26000$ pour les plus démunis ", soit une moyenne annuelle de 473$ pour cette catégorie de la population (cf. livre blanc effectué en 2024 par ECONOMIST IMPACT pour la Fédération européenne de parodontologie EFP).